The Cost of Privacy: Rapport sur la perception des consommateurs sur leur vie privée et le coût de l’identité en 2020

Que l’on navigue sur internet en regardant des vidéos ou en postant sur les réseaux sociaux, les entreprises collectent toutes sortes de données sur notre activité en ligne. Toutes ces données forment notre identité numérique. Cependant, l’absence de transparence sur le type d’informations collectées laisse les consommateurs perplexes sur les endroits où ils sont suivis et les données concernées. Dans l’ensemble, les particuliers sont suspicieux et sont mal à l’aise à l’idée que leurs données soient utilisées par des entreprises et des gouvernements, même pour de nobles causes telles que le contrôle de la propagation du COVID-19. Deux conclusions ressortent clairement : 1) les individus ne veulent pas être suivis, et 2) ils ne veulent pas non plus vendre leurs données, quel que soit le prix.

Le suivi des données profite aux entreprises de nombreuses façons, en particulier à celles qui bénéficient directement de la vente de données sur leurs clients. Les consommateurs sont ainsi souvent contraints de sacrifier leur vie privée s’ils veulent accéder à des services dont ils ont besoin ou qui leurs sont nécessaires, ce qui nuit à la confiance qu’ils y portent. Il existe également une « taxe » involontaire liée au temps perdu chaque année par les citoyens à prouver leur identité sur internet. Mais le problème le plus inquiétant est l’impact réel de ces difficultés sur la mobilisation des électeurs — à des niveaux qui affecteront indubitablement les élections. Tous ces éléments (suivi, confiance, temps et mobilisation) révèlent les compromis que doivent faire les consommateurs afin d’utiliser des services en ligne et de créer leur identité numérique.

Pour mieux comprendre comment les individus perçoivent leur identité numérique et comment celle-ci est gérée, Okta et Juniper Research ont réalisé une enquête en ligne auprès de 12 000 individus de 18 à 75 ans dans 6 pays : Allemagne, Australie, États-Unis, France, Pays-Bas et Royaume-Uni. Avec l’apparition du COVID-19 qui a bouleversé notre quotidien, Juniper en a profité pour demander à près de 6 000 des personnes initialement interrogées comment la pandémie avait affecté leurs points de vue sur la question de la confidentialité. Les individus interrogés ont été sélectionnés afin de créer des échantillons nationaux représentatifs sur le plan de l’âge, du genre et de la localisation. Ce rapport est un résumé des enseignements de cette enquête.

Télécharger le livre blanc

En validant ce formulaire, j'autorise Okta à procéder au traitement et au transfert international de mes données personnelles, comme stipulé dans la politique de confidentialité.